Archive | Achat local RSS for this section

Auto-cueillette d’arbres de Noël!

La saison de l’autocueillette n’est pas terminée! En effet, cinq producteurs d’arbres de Noël de la région ont rejoint la campagne Souvenirs de cueillette et offrent la chance à leur clientèle de vivre une expérience unique en se rendant directement à la ferme pour choisir leur arbre dans la plantation. Le Québec est un grand […]

19 producteurs affichés dans des IGA en Estrie

À l’image de Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est, le projet propose aux consommateurs de découvrir le visage des producteurs à l’origine des produits de la région, leur nom et la ville où ils produisent.

Communiqué – Une offre renouvelée en jardinage pour les familles de la Montérégie!!

Une toute nouvelle entreprise de la relève, Les Serres St-Mathias, ouvrira ses portes ce printemps dans la municipalité du même nom. Que vous souhaitiez embellir votre extérieur ou cueillir des herbes et légumes frais chez vous tout l’été, l’équipe des Serres vous accueillera dans une ambiance familiale où service et fraîcheur sont les priorités. Pouce […]

Ferme du Pré Carré | article sur Paléo Québec

Un bel article sur la Ferme du Pré Carré située à Saint-Jean-Baptiste de Rouville. Ferme du Pré Carré | Paléo Québec. Yannick Hamelin le proprio est le mieux placé pour décrire l’expérience Ferme du Pré Carré:   Nous produisons des porcs provenant d’une race ancienne d’Angleterre nommés Berkshire. Leur alimentation est à base de courges, […]

Partage – Paniers bio: Inscriptions 2015

Les étudiant(e)s de la ferme-école du Cégep de Victoriaville vous offrent à chaque semaine de 8 à 12 produits maraîchers différents fraîchement cueillis et fièrement cultivés dans les champs et les serres du Cégep de Victoriaville selon les méthodes de l’agriculture biologique.
Tous les détails:

Ferme-école bio du Cégep de Victo

Agriculture soutenue par la communauté
(ASC)

Pour vous abonner aux paniers de légumes bio de la Ferme-école BioVicto pour la saison 2015, veuillez cliquer ici: Formulaire d’inscription

Affiche - Paniers bio Équiterre

Détails de la formule

Les étudiant(e)s de la ferme-école vous offrent à chaque semaine de 8 à 12 produits maraîchers différents fraîchement cueillis et fièrement cultivés dans les champs et les serres du Cégep de Victoriaville selon les méthodes de l’agriculture biologique. En échange, vous payez à l’avance pour une portion de la saison et vous vous engagez à récupérer votre panier le jour déterminé. Le point de chute se trouve sur la ferme, au 905 boul. des Bois-Francs Sud, Victoriaville (derrière le Complexe Sacré-Coeur).

La valeur du panier est de 25 $ par semaine. Il est possible de s’abonner pour l’été (10 semaines de la mi-juin à la mi-août) et/ou pour l’automne (8 semaines de la mi-août au début octobre). Parmi la…

View original post 137 autres mots

La Fédération de l’UPA-Estrie célèbre 80 ans de syndicalisme agricole

160 délégués se sont réunis aujourd’hui dans le cadre de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’UPA-Estrie. Sous le thème « 80 ans toujours de son temps », ces productrices et producteurs nommés délégués dans leurs instances ont débattu de l’amélioration à faire sur les différents programmes d’aide et d’accompagnement et se sont rendus aux urnes afin d’élire un nouveau vice-président.

Des défis majeurs à relever

Le président de la Fédération de l’UPA-Estrie en a profité pour énoncer trois défis majeurs auxquels fait face toute l’industrie agricole pour l’année qui vient:

«1- L’unité chez les producteurs. Il faut éviter de comparer les différentes formes d’agriculturequ’elle soit industrielle, paysanne ou urbaine. Il faut rester uni pour représenter une force. Il faut respecter les choix personnels de chacun et travailler ensemble.2- La concertation avec les acteurs de la filière agroalimentaire pour que chaque maillon de la chaîne soit rentable.

3- La sensibilisation des consommateurs face à l’achat local. Acheter local, c’est appuyer l’économie et la vitalité des régions, et c’est très bénéfique pour l’environnement. De plus, le consommateur y gagne en goût et en fraîcheur.

J’espère (aussi) que la politique agroalimentaire à venir sera déterminante pour réaliser les 30 objectifs inscrits dans le défi de produire plus, produire meilleur et produire mieux.»

Cette journée mobilisatrice a d’ailleurs été marquée par la présence de Pierre Lemieux, premier vice-président de l’Union, qui a rappelé les trois axes de la vision de l’Union des producteurs agricoles.

« Produire « plus » pour faire face au défi des 9 milliards d’humains sur terre et répondre à la demande croissante en produits alimentaires; produire « meilleur » pour assurer un approvisionnement local de produits agricoles sains et de qualité; et, finalement, produire « mieux » pour protéger nos terres agricoles, prendre soin de notre environnement et assurer une relève dynamique », a déclaré le premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles, Pierre Lemieux.

« Afin d’atteindre ces trois objectifs, il faut absolument pallier au problème de liquidités chez nos producteurs. La hausse importante du prix des céréales a entraîné les producteurs de viande dans une situation financière difficile. Des pressions auprès du MAPAQ et de La Financière agricole du Québec ont permis de devancer certains paiements, surtout en production porcine, mais il n’en reste pas moins que nombreux sont les producteurs qui vivent encore des situations difficiles », a enchaîné François Bourassa, président de la Fédération UPA-Estrie.

Modernisation de l’Union

La structure de l’Union des producteurs agricoles (UPA), dont celle de la Fédération UPA-Estrie est en plein changement. En effet, depuis peu, un remaniement des instances syndicales a été effectué dans lequel la Fédération a arrimé son territoire en partie avec la région administrative de l’Estrie. Cette action sera définitive l’an prochain avec l’adhésion du territoire du Granit. Le rôle de la Fédération de l’UPA Estrie demeurera de coordonner les actions, d’assurer la représentation territoriale et sectorielle de tous les producteurs au sein de l’organisation et d’offrir des services collectifs (groupes affiliés) et individuels (producteurs). Auparavant, la carte régionale de l’Estrie était divisée en 11 syndicats de secteur. Ces mêmes 11 syndicats disparaissent pour en former six nouveaux soit :

  • Le syndicat local de l’UPA du Haut-St-François
  • Le syndicat local de l’UPA de Memphrémagog
  • Le syndicat local de l’UPA de Coaticook
  • Le syndicat local de l’UPA du Val-Saint-François et de Sherbrooke
  • Le syndicat local de l’UPA de Lac-Mégantic
  • Le syndicat local de l’UPA Des Sources

Ces nouveaux secteurs correspondent aux territoires occupés par les MRC. Le plus grand avantage de ce redécoupage est la facilité à prendre des décisions. Un autre changement majeur dans les syndicats de secteur est la dissolution du syndicat des anglophones dont les membres ont été répartis entre les syndicats de secteur.

L’Ontario projette de déposer le projet de loi intitulé Loi sur les aliments locaux (Local Food Act)

 

Dresser nos tables en Ontario pour y servir des produits d'ici
 

18 septembre 2012 12h55 – Le gouvernement de l’Ontario projette de déposer un projet de loi afin de soutenir, de promouvoir et de célébrer les bonnes choses cultivées et produites en Ontario. 

Les agriculteurs ontariens produisent plus de 200 produits agricoles différents, dont toutes sortes de fruits, de légumes, de viandes et de produits laitiers, et chaque agriculteur produit de quoi nourrir 120 personnes chaque année.

Si elle est adoptée, la Loi sur les aliments locaux permettrait :

  • de soutenir un des secteurs dominants de l’économie provinciale – un secteur qui représente annuellement plus de 33 milliards de dollars pour l’économie et emploie plus de 700 000 Ontariens;
  • de promouvoir et de célébrer les bons produits locaux que les Ontariens cultivent, transforment, servent, vendent ou mangent; 
  • d’établir un cadre qui servirait à fixer des objectifs et des cibles pour la production, la transformation, la distribution, la vente et la commercialisation des produits alimentaires de l’Ontario.    

Créer un robuste secteur agroalimentaire est l’un des objectifs du plan que le gouvernement McGuinty met en œuvre pour créer des emplois et favoriser la croissance économique.

En bref

  • Depuis 2003, le gouvernement McGuinty a investi plus de 100 millions de dollars pour soutenir en Ontario les initiatives axées sur les produits frais et locaux, et pour encourager les entreprises et les organismes locaux à promouvoir et à offrir des produits ontariens.
  • Le plus grand secteur de la transformation alimentaire du Canada se trouve en Ontario.
  • L’Ontario représente 22 p. 100 des exportations agroalimentaires du Canada.
  • Les États-Unis, l’Asie et l’Europe sont les plus importants marchés d’exportation pour les produits alimentaires de l’Ontario.

 

Une voix discordante

John Robson, du Ottawa Sun, est loin d’être d’accord et affirme qu’il s’agit tout bonnement d’une grave erreur économique. Extrait:

« So let’s see. First, under the Dalton Sets the Menu Act, Ontarians will buy less food from other parts of Canada. People in other provinces will then have less money to spend on things like Ontario food and services and manufactures. Diverting spending from other parts of Canada to Ontario doesn’t mean pure gain; if it did, we could get rich by closing our provincial borders to trucks. I wonder if McGuinty thinks Manitobans or Quebecers would be better off banning Ontario cheese or eggs. Duh. »

 

La première cuvée des Récoltes urbaines de Montréal au Marché de la brunante : un succès incontestable!

MONTRÉAL, le 1er oct. 2012 /CNW Telbec/ – La Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal se réjouit du franc succès du Marché de la brunante, thème de la première édition des Récoltes urbaines de Montréal, qui s’est tenue, vendredi soir, sur la rue Place du marché.  Organisé en collaboration avec la Société des arts technologiques [SAT], dans le cadre de la 16e édition des Journées de la culture, le Marché de la brunante a attiré des centaines de personnes et rassemblé des fermiers, des jardiniers et des chefs cuisiniers afin de mettre en valeur les produits de l’agriculture urbaine et périurbaine montréalaise.

« Nous sommes très fiers d’avoir initié Les Récoltes urbaines de Montréal, afin de mettre en valeur les agriculteurs urbains et leurs produits, a affirmé la présidente de la CRÉ de Montréal, madame Manon Barbe. La CRÉ de Montréal souhaite mettre en lumière le savoir-faire et l’expertise des artisans de l’agriculture urbaine montréalaise. Toutes ces personnes, entreprises et réseaux qui font preuve d’innovation et de détermination pour développer, produire et rendre accessible des produits locaux, frais et sains », a ajouté madame Barbe.

Lors de cette soirée, les Montréalais et Montréalaises ont pu découvrir et goûter aux saveurs locales des jardiniers urbains et des apiculteurs et faire provision de légumes et de fruits frais cultivés sur l’île de Montréal, en vibrant aux rythmes urbains des DJs.

Les Récoltes urbaines de Montréal est un projet de la CRÉ de Montréal. Le Marché de la brunante est organisé en collaboration avec la Société des arts technologiques [SAT], le Quartier des Spectacles, les Journées de la culture et la Ville de Montréal.

Un grand gagnant parmi les 31000 participants au concours «Les aliments du Québec dans mon panier»

LogoConcoursAlimentsduQuebec

« Pendant tout l’été, les consommateurs ont pu constater la grande diversité de produits québécois disponibles. (…) Ils sont donc plus nombreux à savoir que les certifications Aliments du Québec et Aliments préparés au Québec sont un gage d’authenticité, des logos sur lesquels les consommateurs autant que les détaillants peuvent se fier! » a affirmé le président-directeur général de l’A.D.A., Florent Gravel.

Un concours populaire, une certification authentique

Rappelons que par l’entremise du concours, qui s’est déroulé du 22 juin au 17 septembre 2012, les participants courraient également la chance de gagner l’un des 10 bons d’achat d’une valeur pouvant atteindre 500 $ d’aliments du Québec.

Près de 31 000 consommateurs ont rempli les bons de participation en identifiant trois produits Aliments du Québec en épicerie. 

Photo gagnant_Les Aliments du Québec dans mon panier

Jonathan Morin de Lévis remporte le grand prix du concours Les aliments du Québec dans mon panier, une croisière « Saveurs des Îles » aux Îles-de-la-Madeleine d’une valeur de 5000 $

Des augmentations de ventes de 50 à 300 %

Dans l’autre phase du concours, les détaillants en alimentation et leurs fournisseurs québécois ont été invités à soumettre des projets sur une initiative conjointe de mise en marché spécifique d’un produit certifié par Aliments du Québec. Les 156 projets ont été exécutés dans les magasins entre le 30 juillet et le 16 septembre 2012. Il est possible de consulter une carte présentant l’ensemble des projets ici.

Les trois meilleurs matchs détaillant-fournisseur seront dévoilés dans le cadre du congrès annuel de l’A.D.A. le 9 novembre prochain. Certains ont rapporté une hausse de leurs ventes pouvant aller de 50 à 300 %. Et cela, pour des produits qui étaient déjà sur leurs tablettes!

Chaque projet fera également l’objet d’un reportage à l’émission Par-dessus le marché (V télé) qui présentera les dessous du processus de mise en marché et d’idéation derrière chaque partenariat.

À LIRE: Aliments du Québec, un bon vendeur! sur LaPresse.ca

À propos de l’A.D.A.

Depuis 1955, l’Association des détaillants en alimentation du Québec (A.D.A.) est la seule association qui représente l’ensemble des détaillants en alimentation propriétaires du Québec. Elle est dirigée par des détaillants et pour les détaillants. Sa mission est de défendre et représenter les intérêts des quelque 8000 détaillants en alimentation, quels que soient leur bannière et le type de surface qu’ils opèrent.

À propos d’Aliments du Québec

Aliments du Québec est un organisme à but non lucratif qui vise à contribuer, par des activités de promotion et de sensibilisation, à augmenter les parts de marché des produits agroalimentaires québécois sur le marché intérieur. Il gère deux certifications qui garantissent l’origine québécoise des produits : Aliments du Québec et Aliments préparés au Québec.

BC food producers welcome $2-million « buy local » campaign

Building the local market for B.C. foods

VANCOUVER – The B.C. government is investing $2 million to help B.C. farmers and food processors promote local foods, Agriculture Minister Don McRae announced.

The funding will allow local businesses and organizations to launch or expand their own marketing campaigns, so different sectors of B.C.’s diverse food industry can use customized promotions specific to their market and needs. It is anticipated the funding will be particularly helpful to small-scale producers and businesses looking to promote their products.

Businesses and organizations will be able to apply for matching funding from the provincial government for projects that promote local foods. Projects could include in-store promotions, social media or web campaigns, smartphone apps, traditional advertising, on-product labelling and food-tourism maps. Producers, stores, farmers markets, restaurants, processors and industry associations all will be eligible to participate.

Building the local market for B.C. foods is a key commitment of government’s Agrifoods Strategy, a component of the B.C. Jobs Plan, to lead the agrifoods sector growth into a $14-billion-a-year industry by 2017.

Audio clips of McRae speaking on the announcement are available for broadcast at:

 

Minister of Agriculture Don McRae –

« Our government has long-supported local producers of foods and food products by lowering taxes and cutting needless red tape. Today we’re taking the next step in promoting local foods by supporting industry-led marketing campaigns. B.C.’s diverse food producers were clear in their message to government that they want the freedom to promote their products as they see best, without the restrictions of a one-size-fits-all Buy BC-type program. »

« This funding will support about 50 different campaigns throughout our province, and each one will celebrate and promote the distinct flavours of local products while at the same time increasing business opportunities and growth for B.C.’s 61,000-employee agrifoods sector. »

BC Agriculture Council chair, Rhonda Driediger –

« More British Columbians want to access local food, but do not always know how to find it. This program will encourage innovative communication tools to creatively market B.C. agriculture and food products, helping people access fresh and healthy local foods while building the market for B.C. producers. »

 

Promoting B.C. Foods

Of the $2 million, $1.5 million will be administered by the Investment Agriculture Foundation and $500,000 will be administered by the British Columbia Agriculture Council.

Applications for either fund will be reviewed by an Industry Advisory Committee consisting of representatives from B.C.’s diverse farming, manufacturing, seafood, restaurant and retail sector. Final approval will come from a panel with representation from the Ministry of Agriculture, the B.C. Agriculture Council and the Investment Agriculture Foundation.

Applications and program information will be posted at:www.gov.bc.ca/agri/buylocal.html

BC Association of Farmers’ Markets president, Jon Bell –

« The last ten years have seen a huge rise in the popularity of farmers’ markets and the demand for local foods throughout our province. The support for B.C.’s more than 125 farmers’ markets to further their unique relationships with their customers is great news, and will build on the momentum and appreciation B.C. consumers have for fresh and local foods. »

BC Food Processors Association president, Dave Eto –

« We welcome this initiative. Not only will it create value for our small-scale members, but it will also help food manufacturers and retailers access opportunities to stimulate market growth, while helping to educate consumers on the origin of their food. »

BC Restaurant & Foodservices Association president and CEO Ian Tostenson –

« The trend towards local is not just a trend – it is a necessary component to a healthy economy and healthy living. These projects will help B.C. restaurants promote our high quality chefs and high quality foods, and help meet our customers increasing interest and enjoyment of B.C. foods. »

BC Seafood Alliance, executive director, Christina Burridge –

« British Columbia is blessed with a wealth of sustainable seafood resources. Commercial fishermen support this program to identify and promote local food products and look forward to participating. »

British Columbia Wine Institute executive director, Miles Prodan –

« This program presents wonderful opportunities for B.C. wineries to increase the awareness about BC VQA wines, their award winning tastes, and the community benefits from purchasing a guaranteed 100 per cent B.C. wine. »

Retail Council of Canada vice-president of sustainability, Allen Langdon –

« We applaud the government for providing this marketing support, which will reinforce our efforts to promote locally grown products. Retailers in B.C. and all across Canada make enormous contributions to their local economies, and remain committed to working with B.C. growers and producers. This is a win-win for everyone involved. »

Small Scale Food Processors Association, executive director, Candice Appleby –

« Our members produce an incredible range of foods that are enjoyed by consumers who appreciate attention to flavouring and artisan quality. Our customers are very supportive of local foods and businesses and this program offers small-scale processors the opportunity to personally connect with them to promote their products. »

Contact:

Robert Boelens
Communications
Ministry of Agriculture
250 356-7098

%d blogueurs aiment ce contenu :