Archive | Agriculture urbaine RSS for this section

Coup d’envoi de la Semaine de l’ail du Québec

Producteurs, marchés publics, épiciers et consommateurs mettent à l’honneur un produit d’ici! Saint-Jérôme, le 5 septembre 2018 – C’est dimanche que débute la toute première Semaine de l’ail du Québec, qui propose une trentaine d’activités aux quatre coins de la province. L’événement, une initiative d’Ail Québec, débutera en grand lors des Portes ouvertes sur les […]

Communiqué – Une offre renouvelée en jardinage pour les familles de la Montérégie!!

Une toute nouvelle entreprise de la relève, Les Serres St-Mathias, ouvrira ses portes ce printemps dans la municipalité du même nom. Que vous souhaitiez embellir votre extérieur ou cueillir des herbes et légumes frais chez vous tout l’été, l’équipe des Serres vous accueillera dans une ambiance familiale où service et fraîcheur sont les priorités. Pouce […]

Évènement Horticulture extrême

Le samedi 21 mars 2015, célébrez l’arrivée du printemps avec Albert Mondor et ses amis en assistant à l’évènement Horticulture Extrême, une journée qui vous permettra de découvrir diverses façons à la fois originales et étonnantes de cultiver des plantes comestibles et ornementales dans les endroits les plus inusités en utilisant un maximum de créativité. […]

Communiqué – Les professionnels de l’horticulture et de l’agriculture urbaine ont maintenant une place d’honneur sur PlantCatching

(Montréal, le 25 février 2015) – La plateforme citoyenne pour les jardiniers PlantCatching est un grand succès depuis son lancement en 2012. Elle a donné lieu à des milliers de partages de végétaux par tout autant d’utilisateurs. Mais ce projet ambitieux a été porté par une seule personne, Nicolas Cadilhac, ce qui en fait aussi sa […]

Fête des semences de Québec 2015!

Via la page Facebook de la Fete des semences de Québec Le dimanche 1er mars 2015 de 10h à 16h30 se tiendra au Pavillon Alphonse-Desjardins de l’Université Laval (Québec) la 6e édition de la Fête des semences et de l’agriculture urbaine de Québec. Organisé par le Réseau d’agriculture urbaine de Québec (RAUQ) l’événement se déroulera […]

Partage – Green Guerrila : du vert et des légumes en ville

basilic

Deux parisiens ont cherché pendant longtemps leur ville idéale : verte, belle, à taille humaine. Jusqu’au jour où ils ont décidé de la construire eux-mêmes, graines après graines, jardins après jardins. Ils plantent fruits et légumes dans Paris, sur des coins de terre laissés à l’abandon ou dans des jardinières, invitant chacun à en prendre soin et à les ramasser.

Cliquez sur le lien pour consulter le vidéo.

http://www.goodnesstv.org/fr/embed/53462/

 

16e Rendez-vous horticole

MosaiculturesInternationalesMontreal

Profitez du Rendez-vous horticole pour saluer le chien d’Elzéar Bouffier, l’homme qui plantait des arbres! L’oeuvre complète, magistrale, sera en démonstration cet été dans le cadre de l’exposition Mosaïcultures Internationales 2013. Photo: Francois Gravel

Espace pour la vie vous invite à créer un jardin à votre image

Montréal, le 23 avril 2013 – Au grand bonheur des passionnés du jardinage et d’horticulture, Espace pour la vie présente la 16e édition du Rendez-vous horticole au Jardin botanique de Montréal les 24, 25 et 26 mai 2013. Venez faire le plein d’idées pour créer un jardin à votre image, en vous inspirant des conseils prodigués par les horticulteurs du Jardin botanique et de jeunes professionnels spécialisés en aménagement paysager. Rencontrez des producteurs de plantes nouvelles, rares ou inusitées, ainsi que trois artistes peintres qui puisent leur inspiration dans la nature, le tout dans une ambiance musicale tout à fait dans le ton.

Le Rendez-vous horticole : Un programme bien aménagé

Imaginez la possibilité de rencontrer plus d’une centaine de spécialistes du jardinage et de l’aménagement paysager dans une même journée. Échangez avec des spécialistes des roses, des bonsaïs et des hémérocalles. Faites l’acquisition de magnifiques plantes annuelles et vivaces tout en discutant avec leurs producteurs. Découvrez des accessoires de jardin originaux et utiles. Enfin, ne repartez pas sans au moins l’une des 12 000 plantes produites par les horticulteurs du Jardin botanique.

Le Rendez-vous horticole propose aussi des causeries et des démonstrations animées par des personnalités reconnues du monde horticole. Enfin, une nouveauté cette année, le kiosque des Amis du Jardin donnera quelques astuces pour savoir comment cultiver et tailler la vigne au Québec.

L’événement abordera aussi différents thèmes tels que la beauté de créer des jardins qui attirent les papillons ou les oiseaux, le plaisir de cuisiner des légumes de saison et l’art de la cueillette de champignons comestibles. Voilà autant de sujets passionnants qui attiseront votre fibre jardinière!

Pour couronner le tout…

Le Rendez-vous horticole sera ultimement l’occasion de dévoiler les grands gagnants du concours des Mérites horticoles et la personnalité lauréate du Prix Henry Teuscher.

Lisez ici l’article d’Albert Mondor sur les Mérites horticoles 2012

Renseignements (horaires, démonstrations, causeries, billets) : espacepourlavie.ca

IMPORTANT
Comme par les années passées, le Jardin botanique et l’Insectarium ne participent pas à la Journée des musées qui a lieu en même temps que le Rendez-vous horticole.

Cet évènement est présenté par Premier Tech et organisé en collaboration avec les Amis du Jardin botanique de Montréal. Merci à Fleurs, Plantes et Jardins.

Le Guide du potager urbain est maintenant disponible en .pdf !

Bravo!!!
Le Guide du potager urbain est disponible. Téléchargez-le gratuitement!

Aménagement comestible, créatif & écologique

Après 9 mois de travail, voici le Guide du potager urbain enfin disponible gratuitement pour vous ! Initié par Michel Beauchamp , ce guide est le fuit d’un  travail  de collaboration et a été fait de manière entièrement bénévole. Pour ma part, mon humble contribution se résume au chapitre 5: Comment jardiner quand on a ni temps, ni argent, ni espace et à la page 112.

En attendant, bonne lecture et bon jardinage !

couverture-Le-Potager-Urbain

View original post

Communiqué – L’agriculture urbaine à Montréal : les élu-e-s doivent passer à l’action !

potager-urbain-drummondville-incroyables-comestibles

Potager urbain à Drummondville http://www.lepotagerurbain.com

 

En 3 octobre 2012, l’Office de Consultation Publique de Montréal (OCPM) soumettait ses recommandations au comité exécutif de la Ville de Montréal à la suite d’une consultation historique sur le rôle et le développement de l’agriculture urbaine (AU) à Montréal. Plus de trois mois après le dépôt de ce rapport, la Ville de Montréal n’a toujours pas pris position sur ces recommandations.

L’AU est fortement implantée sur l’île de Montréal, où elle est pratiquée par 51 % des ménages[1]. Les 29 000 signatures amassées pour déclencher le processus de consultation publique, les 1500 participant-e-s et les 103 mémoires déposés pendant cette consultation attestent de l’importance de l’AU pour les citoyen-ne-s de Montréal. Les Montréalais sont donc en droit d’attendre une réaction de leurs représentant-e-s élu-e-s dans les plus brefs délais.

 

L’agriculture urbaine comme outil de développement de Montréal

Une des principales recommandations du rapport porte sur l’intégration cohérente et systématique de l’AU aux outils de planification de Montréal. Alors que le Plan de développement de Montréal est en cours d’élaboration, et que de nombreux autres documents stratégiques[2] le seront très prochainement, il devient impératif que la place de l’AU soit prise en compte par la Ville.

Dans son mot d’introduction au document préparé par la Ville en vue de la consultation publique[3], le maire Tremblay affirmait que la consultation serait l’occasion « de dégager des possibilités de développement en cohérence avec les politiques de la Ville ». Le GTAU souhaite que cette affirmation se concrétise rapidement, par l’intégration de l’AU aux outils de planification de Montréal, tel que le recommande l’OCPM.

 

Une réaction attendue de la Ville

L’ampleur de la mobilisation citoyenne et l’urgence d’agir liée à l’élaboration actuelle de nombreux documents de planification commandent une attitude plus active de la Ville sur le dossier de l’AU. Aussi, le GTAU réclame que le comité exécutif prenne position publiquement sur les recommandations de l’OCPM et qu’il identifie un porteur de dossier responsable de voir à l’insertion de l’AU dans la planification de la Ville, et ce dans les plus brefs délais.

 

Le GTAU est composé de

Action Communiterre, Alternatives, le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le Marché Solidaire Frontenac, le CRAPAUD (Collectif de Recherche sur l’aménagement paysager et l’agriculture urbaine durable), le Regroupement des jardins collectifs du Québec, Santropol Roulant, Café Aquin-UQAM, Café Tributerre, Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles, Coalition pour l’agriculture urbaine et périurbaine à Montréal, Cégep du Vieux Montréal, Cégep de Saint-Laurent, Crudessence, Coop la Maison Verte, Dans la rue, Éco-Stage-Katimavik, Éco-quartier Hochelaga, Éco-quartier du Plateau-Mont-Royal, Éco-quartier Parc-Extension, Éco-quartier de la Pointe-aux-Prairies, Éco-quartier Rosemont – SODER, Éco-quartier Saint-Jacques, Éco-quartier Saint-Michel, Éco-quartier Peter McGill, Éco-quartier Sainte-Marie, Équiterre, Fermes Lufa, Greenpeace Québec, GRIP – UQAM, Groupe Produktif, Jardins collectifs de Bouffe-Action de Rosemont, Jardins communautaires Ahuntsic–Notre-Dame-de-Grâce–Côte-des-Neiges, Jour de la Terre, Maison du développement durable, PAUSE-Université de Montréal, Pousses urbaines, Regroupement des éco-quartiers, Réseau des jardins collectifs de Villeray – Maison de Quartier, Réseau des Jardins Collectifs de Lachine – GRAME, Maison Écolonet, RUI – Jardins Éco-culturels (Place Benoit), Sentier urbain, Sevag Pogharian Design, Sustainable Concordia, Ville-en-vert – Éco-quartier Ahuntsic-Cartierville, Vivre en Ville, Villeray en transition, Nutri-Centre LaSalle, Les Serres du dos blanc, Vigilance OGM, et plusieurs bénévoles.

 

Pour continuer de suivre la démarche du GTAU : Agriculture Montréal ou sur Facebook.

 

Renseignements:

Geneviève Metson, co-porteparole

genemetson@gmail.com

438-823-2027

 

Gaëlle Janvier, co-porteparole

gaelle@alternatives.ca

514-803-4235

 

 

 

 


[1] Sondage Léger Marketing mandaté par Alternatives réalisé du 11 au 13 octobre 2011

[2] : Dont le Schéma d’aménagement et de développement (SAD) de l’agglomération de Montréal (2014), le Plan de développement durable (2015) et le Plan d’urbanisme (2015).

[3] Ville de Montréal, « État de l’agriculture urbaine », 2012.

L’Ontario termine le toit vert du Palais de justice d’Ottawa

Démonstration d’un toit vert intensif à petite échelle.
Photo: Emmanuelle Arès

Le nouveau toit vert du Palais de justice d’Ottawa réduira les coûts de l’énergie, améliorera la qualité de l’air et aidera l’Ontario à atteindre ses buts à long terme en matière d’économie d’énergie.

Le toit vert du Palais de justice d’Ottawa est un environnement naturel où poussent 60 variétés de plantes et qui protège la structure de l’édifice contre les intempéries. Les 26 toits verts séparés répartis sur plusieurs niveaux et recouvrant 70 000 pieds carrés au total contribueront à purifier l’air à Ottawa.

Les toits verts durent deux fois longtemps que les toits conventionnels qui doivent être refaits tous les 20 à 25 ans. Le nouveau toit vert fera économiser 23 000 $ par an en réduisant de 26 % les pertes d’air climatisé en été et de chaleur en hiver.

 

En bref

  • Le projet du toit vert du Palais de justice d’Ottawa a assuré environ 85 emplois.
  • L’espace vert sur le toit est plus grand que quatre patinoires de hockey regroupées ou un terrain de football.

En savoir d’avantage


 

« Notre gouvernement est fier d’appuyer ce projet novateur qui réduira les coûts de l’énergie et sera bénéfique pour l’environnement de notre communauté. Le toit vert illustre le solide engagement de l’Ontario de promouvoir l’infrastructure locale et la croissance économique à Ottawa. »

 – Bob Chiarelli
ministre de l’Infrastructure et ministre des Transports


« Je suis fier que cette initiative dynamique se déroule dans notre ville. Le toit vert du Palais de justice d’Ottawa est un environnement unique qui réduira la quantité de chauffage et de climatisation nécessaire et permettra de mieux contrôler le ruissellement des eaux pluviales tout en contribuant à purifier l’air que nous respirons.  »

 – Yasir Naqvi
député d’Ottawa Centre


« Les toits verts du Palais de justice d’Ottawa sont novateurs et écologiques et constituent des endroits en plein air attrayants pour les occupants de l’édifice.  »

 – John Gerretsen
procureur général

 
 
 

La première cuvée des Récoltes urbaines de Montréal au Marché de la brunante : un succès incontestable!

MONTRÉAL, le 1er oct. 2012 /CNW Telbec/ – La Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal se réjouit du franc succès du Marché de la brunante, thème de la première édition des Récoltes urbaines de Montréal, qui s’est tenue, vendredi soir, sur la rue Place du marché.  Organisé en collaboration avec la Société des arts technologiques [SAT], dans le cadre de la 16e édition des Journées de la culture, le Marché de la brunante a attiré des centaines de personnes et rassemblé des fermiers, des jardiniers et des chefs cuisiniers afin de mettre en valeur les produits de l’agriculture urbaine et périurbaine montréalaise.

« Nous sommes très fiers d’avoir initié Les Récoltes urbaines de Montréal, afin de mettre en valeur les agriculteurs urbains et leurs produits, a affirmé la présidente de la CRÉ de Montréal, madame Manon Barbe. La CRÉ de Montréal souhaite mettre en lumière le savoir-faire et l’expertise des artisans de l’agriculture urbaine montréalaise. Toutes ces personnes, entreprises et réseaux qui font preuve d’innovation et de détermination pour développer, produire et rendre accessible des produits locaux, frais et sains », a ajouté madame Barbe.

Lors de cette soirée, les Montréalais et Montréalaises ont pu découvrir et goûter aux saveurs locales des jardiniers urbains et des apiculteurs et faire provision de légumes et de fruits frais cultivés sur l’île de Montréal, en vibrant aux rythmes urbains des DJs.

Les Récoltes urbaines de Montréal est un projet de la CRÉ de Montréal. Le Marché de la brunante est organisé en collaboration avec la Société des arts technologiques [SAT], le Quartier des Spectacles, les Journées de la culture et la Ville de Montréal.

Midi-Conférence « Le School Farming » à San Francisco le 12 septembre 2012

 

Jardinage scolaire San Francisco

Où: Pavillon Président-Kennedy, UQAM (Métro Place des arts) Local PK-3150

Quand: 12 septembre 2012, 12h30 à 14h00

 

«Let’s respect the power of education to change society. Let’s respect our power to change education » Winne, 2005

 

Le Crapaud et le Laboratoire Agriculture urbaine de l’Institut des sciences de l’environnement sont heureux d’organiser un midi-conférence avec Beatriz Enciso, étudiante à la maitrise en sciences de l’environnement à l’UQAM. Sa conférence s’appuiera sur un stage de 3 mois effectué à San Francisco au sein de l’organisme ECOlogy San Francisco dont le projet central est le School Farm, un projet d’agriculture urbaine dédié au milieu scolaire. Ce programme fait partie des programmes développés par l’organisme ECOSF en Californie.

Beatriz Enciso présentera le programme éducatif de la «School Farm» élaboré durant son stage. Un modèle conceptuel du programme éducatif utilisé, ainsi que des activités pédagogiques modèles seront présentés. À travers le processus de création du matériel pédagogique effectué durant le stage, l’importance des programmes de jardinage scolaire a aussi été analysée. La présentation montrera les résultats de cette analyse et démontrera que les jardins scolaires ont le potentiel de transformer notre société s’ils vont au-delà des enjeux de santé et se concentrent sur les problématiques sociales, économiques et environnementales.

Le gouvernement du Québec accorde 610 000 dollars aux Fêtes de la Nouvelle-France


QUÉBEC, le 11 juill. 2012 /CNW Telbec/ – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec et député d’Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil, est fier d’annoncer, au nom du gouvernement du Québec, une contribution financière de 610 000 dollars à l’édition 2012 des Fêtes de la Nouvelle-France.

Se déroulant principalement dans le Vieux-Québec, les Fêtes de la Nouvelle-France représentent un rendez-vous à caractère historique et populaire mettant en valeur le riche patrimoine d’origine française de Québec. Les activités et divertissements qui sont proposés aux festivaliers contribuent à faire revivre cette riche époque que représente la Nouvelle-France.

Un rendez-vous avec l’histoire

« Les Fêtes de la Nouvelle-France permettent de faire découvrir aux visiteurs d’ici et d’ailleurs une page importante de notre histoire. En plus d’attirer de nombreux visiteurs dans la région, cet événement estival majeur pour la Capitale-Nationale permet d’engendrer des retombées économiques importantes. De plus, grâce à ce rendez-vous avec l’histoire, Québec développe au fil des ans une expertise en événementiel qui donne à la ville un caractère unique et une réputation enviable tant au plan national qu’international », a affirmé la ministre Nicole Ménard.

Une vitrine pour les produits agroalimentaires québécois

« J’invite les Québécoises et les Québécois, ainsi que tous les gens qui sont de passage dans la région, à venir visiter le marché public qui mettra en valeur de façon originale la diversité et la qualité des produits de chez nous. Ce sera le moment idéal de faire découvrir aux visiteurs la multitude de produits délicieux cultivés ou transformés par des gens d’ici, et ce, dans cet endroit convivial et chaleureux qu’est Québec », a mentionné M. Corbeil.

Une expérience culturelle unique

« Le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine est fier de s’engager dans cet événement qui fait revivre la culture et l’histoire au temps de la Nouvelle-France. Costumes, musique, expériences gastronomiques étonnantes, spectacles hauts en couleurs, les citoyens de Québec et les visiteurs se verront offrir un menu d’activités et d’événements des plus festifs », a fait savoir, la ministre Christine St-Pierre.

Répartition de la contribution financière gouvernementale

  • Le Bureau de la Capitale-Nationale accorde un montant de 200 000 dollars consenti dans le cadre du Fonds de développement économique de la région de la Capitale-Nationale
  • Le ministère du Tourisme accorde une somme de 150 000 dollars issue du Programme de soutien au développement et à la promotion touristiques – volet aide financière aux festivals et aux événements
  • Le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine verse un montant de 110 000 dollars provenant du programme Aide aux initiatives de partenariat et
  • Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation verse 150 000 dollars pour le Marché Aliments du Québec qui mettra en vedette les produits du Québec tout en soutenant la campagne de promotion « Aliments du Québec : toujours le bon choix! ».

Marché Aliments du Québec

La Place de Paris, où se trouvera le Marché Aliments du Québec, sera donc encore une fois un carrefour de saveurs, d’accueil et de partage. Une quinzaine de producteurs du Québec déploieront leur talent et leur savoir-faire pour séduire les visiteurs. Ceux-ci pourront notamment assister à des démonstrations culinaires faisant valoir des aliments de chez nous et déguster, pour quelques dollars seulement, des mets spécialement apprêtés pour eux.

Les Fêtes de la Nouvelle-France représentent une belle occasion de nous imprégner de nos origines. D’hier à aujourd’hui, les familles de producteurs agricoles et de transformateurs alimentaires n’ont cessé d’occuper une place primordiale dans notre vie sociale et économique.

« Choisir les aliments québécois est un geste gagnant sur tous les plans : pour l’économie, pour les travailleurs d’ici et pour l’essor des régions. J’encourage donc les gens à faire toujours le bon choix avec les aliments du Québec », a ajouté le ministre Corbeil.

Tout en se délectant des aliments et des mets québécois proposés, les participants auront également le plaisir de se plonger au cœur des premières années de la fondation de la ville de Québec, alors que le Vieux-Québec redeviendra pour quelques jours le territoire des premiers arrivants européens en terre d’Amérique. Mentionnons que les Fêtes de la Nouvelle-France se tiendront du 1er au 5 août 2012, dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec. Pour de plus amples renseignements, visitez le site Internet de l’activité à l’adresse électronique suivante : www.nouvellefrance.qc.ca.

La campagne de promotion « Aliments du Québec : toujours le bon choix! »

Rappelons que le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a mis sur pied la campagne « Aliments du Québec : toujours le bon choix! » qui vise à rappeler aux consommateurs et aux entreprises bioalimentaires que l’achat et l’offre de produits alimentaires québécois constituent toujours le bon choix sur les plans individuel, social et économique.

Pour découvrir plus de 14 000 produits québécois certifiés « Aliments du Québec » ou « Aliments préparés au Québec », visitez le site Internet www.alimentsduquebec.com.

Consultation publique sur l’agriculture urbaine : les producteurs agricoles sont enthousiastes

Agriculteurs urbains à l'Université du Québec à Montréal

Agriculteurs urbains à l’Université du Québec à Montréal
Photo: RooftopGardens.ca

LONGUEUIL, QC, le 20 juin 2012 /CNW Telbec/ – L’Union des producteurs agricoles trouve rafraîchissantes les diverses initiatives d’agriculture urbaine que l’on retrouve à Montréal et dans plusieurs autres villes du Québec.

L’Union voit d’un très bon œil les projets de jardinage et de culture maraîchère de plus en plus présents sur la scène montréalaise et encourage la population à cultiver son coin de terre, si petit soit-il, soulignant au passage, avec un brin d’humour, que l’agriculture en ville est un retour aux sources, puisque c’est là l’activité autour de laquelle se sont historiquement développées nos villes.

Ces projets permettent aux citadins de mieux comprendre les diverses facettes de l’agriculture et les nombreuses facettes avec lesquelles les agriculteurs doivent composer, telles les conditions météorologiques, la qualité des sols, l’utilisation des fertilisants et des engrais, le contrôle des insectes et des ravageurs.

Bien que l’agriculture urbaine soit en plein essor, il convient de rappeler que notre modèle d’agriculture, celle qui permet de nourrir l’ensemble de la population, se pratique presque exclusivement en zone rurale.

L’agriculture urbaine s’inscrit ainsi en complémentarité, à l’exemple des marchés publics et des projets d’agriculture soutenue par la communauté qui viennent répondre aux besoins de consommateurs désirant  se rapprocher du monde agricole.

Pour favoriser l’achat local

Pour l’Union des producteurs agricoles, l’agriculture urbaine permet de valoriser le concept d’achat local. Actuellement, seuls 33 % des produits alimentaires consommés par les Québécois proviendraient des fermes du Québec. Si l’engouement entourant les divers projets de jardinage en ville peut faire accroître ce pourcentage, l’agriculture québécoise dans son ensemble ne s’en portera que mieux.

Pour encourager les projets communautaires

L’Union encourage également les projets d’agriculture urbaine qui sont en lien avec le secteur communautaire. De telles initiatives profitent à l’ensemble de la collectivité, particulièrement les plus démunis, et mettent de l’avant des valeurs de solidarité, d’entraide, autant de valeurs que partage l’organisation. Les projets de jardins, de plus en plus nombreux dans les écoles, sont aussi des activités particulièrement intéressantes et constructives pour la jeunesse et l’ensemble de la société, ceux-ci encourageant une alimentation saine, bien de chez nous.

L’élevage en ville, attention à la salubrité et aux aspects sanitaires

L’Union des producteurs agricoles tient aussi à faire un appel à la prudence en ce qui concerne la question d’élevage d’animaux et d’apiculture en zone urbaine. «Notre expertise en tant que professionnels nous amène à sensibiliser les décideurs quant à d’éventuels problèmes de cohabitation avec le voisinage et même, ultimement, de santé publique.» Pour l’Union,

«l’élevage en soi ne peut s’improviser et doit se faire selon les règles de l’art et dans le respect des nombreuses réglementations en vigueur, ces pratiques visant à protéger le public et les cheptels».

L’agriculture urbaine commerciale

Par ailleurs, dans le cas spécifique de projets d’agriculture urbaine de nature commerciale, l’Union des producteurs agricoles se sent encore plus directement interpellée puisqu’il s’agit d’activités tout à fait comparables à celles qui se pratiquent en zone rurale. Pour l’Union, ces entreprises doivent bénéficier des mêmes avantages que tout producteur agricole. Elles doivent aussi répondre aux mêmes exigences liées au statut de producteur agricole et être soumises à l’ensemble des règles en vigueur. « Il s’agit tout simplement d’une question d’équité envers l’ensemble des producteurs agricoles du Québec, qu’ils pratiquent en zone urbaine ou rurale », a continué M. Bilodeau, ajoutant que l’Union offre sa collaboration, son expertise et ses connaissances à la Ville de Montréal pour participer à certaines activités qui pourraient découler de la présente consultation sur l’agriculture urbaine.

À propos de l’Union

L’Union des producteurs agricoles représente les quelque 42 000 producteurs et productrices agricoles du Québec. Avec ses 155 syndicats de base, ses 16 fédérations régionales, ses 222 syndicats et 25 groupes spécialisés, l’Union est en fait la voix officielle qui parle au nom de tous les agriculteurs et agricultrices du Québec.

Pour consulter le mémoire déposé par l’Union des producteurs agricoles à l’Office de consultation publique de Montréal, cliquez sur le lien suivant: http://www.upa.qc.ca/fr/Salle_de_presse/Memoires.html.

Pour que Montréal redevienne un leader mondial en agriculture urbaine

MONTRÉAL, le 18 juin 2012 /CNW Telbec/ – Alors que l’Office de consultation municipale de Montréal (OCPM) entamait la première journée d’audiences dans le cadre de la consultation publique sur l’état de l’agriculture urbaine à Montréal le 18 juin dernier, le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) présentait son mémoire « Montréal : une ville nourricière et productive ».

Montréal Ville Nourricière Agriculture Urbaine CÉUM

CLIQUEZ SUR L’IMAGE POUR TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT

Leadership et partenariat
Dans son mémoire, le CEUM demande à la Ville de Montréal d’assumer une responsabilité de premier plan dans le développement de l’agriculture urbaine. Luc Rabouin, directeur général du CEUM, explique que « Montréal a longtemps été à l’avant-garde de l’agriculture urbaine, notamment avec ses nombreux jardins communautaires qui font l’envie de plusieurs autres grandes villes. Nous voulons que Montréal redevienne un leader mondial en agriculture urbaine. Les organisations de la société civile ont toute l’expertise et la capacité d’innovation requises, mais la Ville de Montréal doit jouer un rôle de leadership et de mobilisateur».

Urbanisme agricole
Le CEUM propose de protéger, promouvoir et développer l’agriculture urbaine sur l’île de Montréal en s’inspirant de l’urbanisme agricole. Cette approche récente en aménagement urbain met l’accent sur la densification à échelle humaine et sur le développement du potentiel économique de l’agriculture urbaine dans un système alimentaire durable à chaque étape (production, transformation, transport, entreposage, distribution, mise en marché et récupération/valorisation des déchets).

Investir de nouveaux espaces pour l’agriculture urbaine
« Pour développer l’agriculture urbaine dans les quartiers centraux, déjà bâtis et denses, il est nécessaire d’investir de nouveaux espaces pour ramener la nature en ville et intégrer l’agriculture urbaine à l’aménagement des quartiers. Les rues, ruelles, stationnements, terrains vacants et toits représentent tous des lieux potentiels », explique Luc Rabouin.

Parmi ses différentes propositions, le CEUM demande à la Ville de Montréal de recenser les espaces au sol qui sont actuellement sous-utilisés et qui pourraient être valorisés par des projets d’agriculture urbaine. De plus, le CEUM suggère la mise en place de plus de paysages comestibles, par exemple par la plantation d’arbres fruitiers le long des rues et en favorisant l’utilisation de plantes comestibles dans les parcs et autres espaces publics. « Verdir la ville, c’est bien, nourrir la ville, c’est mieux », affirme Luc Rabouin.

Planification et règlements
Enfin, le CEUM propose d’intégrer systématiquement l’agriculture urbaine dans les processus de planification, les politiques et les programmes de la Ville et insiste sur la nécessité de revoir et d’adapter l’ensemble de la réglementation municipale en fonction de la mise en place d’un système alimentaire durable.

À propos du CEUM
Le CEUM est un organisme à but non lucratif et indépendant fondé en 1996 qui a pour mission de développer et de proposer des pratiques et des politiques urbaines contribuant à créer des villes écologiques, démocratiques et en santé. Au cours des dernières années, le CÉUM a déployé divers projets d’agriculture urbaine, notamment dans les HLM (Ville en vert) et sur le toit du Palais des congrès de Montréal.

Une vague de fraîcheur au Palais avec le projet Culti-Vert

Le projet Culti-Vert mené par le Palais des congrès de Montréal et le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CÉUM) a été retenu en 2011 par le Ministère de la Santé dans le cadre du volet santé du Plan d’action sur les changements climatiques par la lutte aux îlots de chaleur urbains (pdf).

Le projet soutenu par le ministère de la Santé constitue une première phase d’un vaste plan de verdissement des toits du Palais des congrès de Montréal. Culti-Vert comprend l’aménagement d’une section de toit du Palais incluant l’installation d’un jardin potager qui fournira des aliments biologiques de qualité et de plantations, dont certaines parties seront aménagées à la verticale grâce à des murs végétaux composés de plantes grimpantes. Culti-Vert contribuera à réduire les îlots de chaleur au centre-ville de Montréal par l’utilisation d’un ensemble de technologies de toits verts afin de créer une vitrine internationale de pratiques avant-gardistes.

À cet effet, le président-directeur général du Palais des congrès, M. Marc Tremblay, déclare : « Actif et reconnu depuis plus d’une décennie pour sa performance environnementale, le Palais inscrit le projet Culti-Vert dans la poursuite de son engagement en développement durable. C’est en effet le début d’un vaste plan très innovateur de redéveloppement de nos espaces existants. Le Palais sera un lieu d’expérimentation et d’expression de nouvelles tendances vertes, propres et durables, où l’on mettra notamment en œuvre un nouveau programme d’événements écoresponsables ».

En plus de collaborer à l’élaboration du concept initial et à sa mise en œuvre, le Centre d’écologie urbaine de Montréal jouera un rôle important dans le rayonnement du projet et dans l’utilisation du site comme lieu d’éducation du public. Luc Rabouin, directeur-général du Centre d’écologie urbaine de Montréal, explique : « Ce projet mettra en valeur des techniques éprouvées et démontrera qu’il est possible de verdir les toits du centre-ville et d’y produire des légumes de qualité. C’est un projet novateur qui nous permet d’entrevoir l’énorme potentiel du centre-ville de Montréal pour la réalisation de toits verts et de jardins potagers sur les toits. Il suffit de monter sur le toit de n’importe quel édifice du centre-ville qui a une vue pour saisir ce potentiel ». « Dans la foulée du projet Culti-Vert, nous sensibiliserons les autres propriétaires et gestionnaires d’immeubles afin qu’eux aussi embarquent dans la vague de fraîcheur initiée par le Palais des Congrès de Montréal », poursuit Luc Rabouin.

Culti-vert a reçu l’appui de partenaires majeurs tels que la Direction de la Santé publique de Montréal, la Conférence régionale des élus de Montréal, l’Association des propriétaires et administrateurs d’immeubles du Québec et la Ville de Montréal. Les interventions réalisées dans le cadre du projet Culti-Vert visent notamment à :

• participer à la réduction de la température émise par les toits dans un milieu déjà fortement minéralisé, à l’amélioration de la qualité de l’air dans le centre-ville de Montréal et à l’accroissement de la rétention des eaux pluviales;

• contribuer à faire la promotion internationale de Montréal comme ville engagée dans une démarche de développement durable;

• encourager les intervenants du secteur privé à passer à l’action en matière de verdissement de leurs toits en créant un projet de démonstration à fort potentiel de déploiement sur les toits commerciaux et institutionnels de grands centres urbains.

Suivez l’évolution en photo! >>

projet culti-vert palais des congrès de montréal

Voyez la vidéo de la l’organisation Crudessence. >>

La Ville en vert : îlots de fraîcheur dans une soixantaine de HLM à Montréal

Ville en Vert Montréal Lutte ilots de chaleurMONTRÉAL, le 24 mai 2012 /CNW Telbec/ – Le Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM) et l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM) vous invite à découvrir les îlots de fraîcheur créés dans le cadre de La Ville en vert, un projet qui a un impact sur l’amélioration de la qualité des milieux de vie de milliers de résidants dans une soixantaine de complexes d’habitations à loyer modique (HLM) à Montréal.

Le projet La Ville en vert comprent de nombreuses interventions de verdissement et d’agriculture urbaine, l’installation de toitures blanches, en faisant participer les résidants. Depuis des années, cette initiative a des retombées positives sur l’amélioration des milieux de vie et des quartiers.

Ce projet s’inscrit dans la lutte aux îlots de chaleur au Québec et à Montréal et dans les stratégies de santé publique pour aider les populations les plus vulnérables à surmonter les épisodes de chaleur accablante à Montréal.

SOURCES : Centre d’écologie urbaine de Montréal et Office municipal d’habitation de Montréal

La mobilisation pour l’agriculture urbaine récompensée par le Prix du maire de Montréal en démocratie

Le Groupe de Travail en Agriculture Urbaine (GTAU) a reçu le 24 mai 2012 le prix du maire de Montréal en démocratie. Le GTAU accepte ce prix, afin de rendre hommage à la mobilisation de l’ensemble des citoyens et regroupements qui ont permis  la collecte de près de 30 000 signatures et la tenue d’une consultation publique sur « l’État de l’agriculture urbaine à Montréal » en cours jusqu’au 18 juin à Montréal.

Dans le climat politique actuel où la voix des citoyens est peu entendue et même limitée par des lois draconiennes, le GTAU espère que le prix de démocratie remis par le Maire de Montréal, faisant suite à une mobilisation citoyenne importante, se traduira en actes concrets favorisant réellement le développement de l’agriculture urbaine à Montréal. « Pour le GTAU, recevoir ce prix est significatif car cela reconnait la volonté des citoyens de préserver les initiatives existantes et de voir se développer de nouvelles formes et de nouveaux projets d’agriculture urbaine sur le territoire » selon Marie-Ève Desroches porte-parole du GTAU.

Récompense pour une large mobilisation

Le Prix du maire de Montréal en démocratie récompense une personne, un groupe de personnes résidant à Montréal ou une organisation établie à Montréal qui se serait distingué dans la mise en œuvre ou dans la promotion de la citoyenneté, des processus démocratiques ou de la Charte montréalaise des droits et responsabilités et ayant ainsi contribué à renforcer la démocratie et la citoyenneté à Montréal.

Durant les mois d’août, septembre et octobre 2011, les membres du GTAU et leurs alliés ont sillonné les rues de l’ensemble des arrondissements de Montréal pour aller à la rencontre des citoyens afin de discuter avec eux de la nécessité d’une telle consultation publique. Cette mobilisation citoyenne a été la première démarche officielle complétée dans le cadre du Droit d’initiative issu de la Charte des droits et responsabilités des Montréalais.

Pour plus d’informations sur a consultation publique sur « l’État de l’agriculture urbaine à Montréal » :
www.montrealacultiver.com

À propos
Le GTAU regroupe plusieurs organismes ont menés ensemble un projet de pétition ayant permis de récolter 29 068 signatures et d’obtenir des consultations publiques dans le cadre du droit d’initiative de la Ville de Montréal: Action Communiterre, Alternatives, le Centre d’écologie urbaine de Montréal, le Conseil régional de l’environnement Montréal, le Marché Solidaire Frontenac, le CRAPAUD (Collectif de Recherche sur l’aménagement paysager et l’agriculture urbaine durable), le Regroupement des jardins collectifs du Québec et Santropol Roulant.

D’autres organisations se sont impliquées dans la démarche du GTAU : Café Aquin-UQAM, Café Tributerre, Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles, Coalition pour l’agriculture urbaine et périurbaine à Montréal, Cégep du Vieux Montréal, Cégep de Saint-Laurent, Crudessence, Coop la Maison Verte, Dans la rue, Éco-Stage-Katimavik, Éco-quartier Hochelaga, Éco-quartier du Plateau-Mont-Royal, Éco-quartier Parc-Extension, Éco-quartier de la Pointe-aux-Prairies, Éco-quartier Pierrefonds-Roxboro, Éco-quartier Rosemont – SODER, Éco-quartier Saint-Jacques, Éco-quartier Saint-Michel, Éco-quartier Peter McGill, Éco-quartier Sainte-Marie, Équiterre, Fermes Lufa, Greenpeace Québec, GRIP – UQAM, Groupe Produktif, Jardins collectifs de Rosemont, Jardins communautaires Ahuntsic-Notre-Dame-de-Grâce-Côte-des-Neiges, Jour de la Terre, Maison du développement durable, PAUSE-Université de Montréal, Pousses urbaines, Regroupement des Éco-quartiers, Réseau des jardins collectifs de Villeray – Maison de Quartier, Réseau Jardins Collectifs de Lachine – Concert’Action Lachine, Maison Écolonet, RUI – Jardins Éco-culturels (Place Benoit), Sentier urbain, Sevag Pogharian Design, Sustainable Concordia, Ville-en-vert – Éco-quartier Ahuntsic-Cartierville, Vivre en Ville, et plusieurs bénévoles.

Pour suivre la démarche du GTAU: www.facebook.com/agricultureurbainemtl.

MONTRÉAL, le 24 mai 2012 /CNW Telbec/ –

%d blogueurs aiment ce contenu :