Archives de mots-clés | Estrie

Auto-cueillette d’arbres de Noël!

La saison de l’autocueillette n’est pas terminée! En effet, cinq producteurs d’arbres de Noël de la région ont rejoint la campagne Souvenirs de cueillette et offrent la chance à leur clientèle de vivre une expérience unique en se rendant directement à la ferme pour choisir leur arbre dans la plantation. Le Québec est un grand […]

19 producteurs affichés dans des IGA en Estrie

À l’image de Créateurs de saveurs Cantons-de-l’Est, le projet propose aux consommateurs de découvrir le visage des producteurs à l’origine des produits de la région, leur nom et la ville où ils produisent.

Mme Marie-Pierre Dubeau et M. Sébastien Grandmont, lauréats du Prix de la relève agricole 2017

QUÉBEC, le 20 oct. 2017 /CNW Telbec/ – Aujourd’hui, au cours de la cérémonie nationale de l’Ordre national du mérite agricole, qui se déroulait à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, M. Laurent Lessard, a décerné le Prix de la relève agricole 2017 à Mme Marie-Pierre Dubeau et à M. Sébastien Grandmont de l’entreprise Le Petit Mas, […]

Un terreau fertile pour la relève en agriculture en Estrie

Établissements d’enseignement et acteurs du monde agricole ont uni leurs efforts pour offrir un événement unique dédié à la relève en agriculture à l’occasion de la deuxième édition des Rendez-vous de la relève en agriculture qui se tiendra le 13 novembre prochain à Coaticook.
Pendant une journée, 125 étudiants provenant de diverses institutions d’enseignement en agriculture, intervenants du milieu ainsi que des productrices et producteurs agricoles se réuniront afin d’échanger sur le démarrage ou la reprise d’une entreprise agricole et sur les carrières possibles en agriculture. 

Rencontres express

En une heure, rencontrer des agriculteurs de votre spécialisation, un directeur de compte, un notaire, un conseiller de la financière agricole ou du MAPAQ? C’est possible!  Que ce soit pour préparer un projet d’entreprise, trouver un stage, un emploi, ou encore mieux connaître votre secteur, cette activité est pour vous! Ne laissez pas passer votre chance!

Formations

Aujourd’hui, pour avoir une entreprise agricole rentable et efficiente, il faut être prêt à se perfectionner et à rester au fait des recherches et expériences en cours. Dans le cadre des Rendez-vous de la relève en agriculture, cinq ateliers sont offerts sur des sujets ou des ressources moins connus, mais qui pourraient vous être fort utiles dans le futur!

Détails >

Visites terrain

Fermes laitières, élevages bovins, grandes cultures, productions maraîchères, petits fruits, bio ou non… Profitez d’une visite privilégiée chez des agriculteurs, jeunes et moins jeunes, pour partager avec ces chefs d’entreprises remarquables, leur expérience d’acquisition ou de transfert en passant par leurs bons coups et les pièges à éviter.

  • Serres Lamarche (légumes de serre)
  • Verger le Gros Pierre (production végétale)
  • Ferme VIMO (lait et porc)Groupe Montminy-Roy (lait – relève non apparentée)Ferme Pierre Bolduc enr. (production lait biologique et fromagerie)
  • Ferme Beaudoin et Fils S.E.N.C. (production lait biologique et arbres et arbustes fruitiers)Ferme Couture-Vaillancourt S.E.N.C. (production grandes culture, association propriétaire-employé)
  • Les Vallons Maraîchers inc. (production légumes biologiques)

Dîner réseautage

La MRC de Coaticook est reconnue pour son bassin exceptionnel d’entreprises agroalimentaires. Profitons de cette journée pour goûter à quelques uns de ces produits régionaux! Vous aurez l’occasion de casser la croûte avec les acteurs de monde agricole estrien… et réseauter!

Occasion unique de réseautage étudiants-producteurs-intervenants

« Puisque la clientèle cible de cet événement s’adresse aux élèves inscrits dans un programme en agriculture, le Centre de formation professionnelle de Coaticook, le CRIFA, était un lieu tout indiqué pour reconduire l’évènement à sa deuxième édition. De plus, Coaticook étant la région la plus agricole de l’Estrie, il va sans dire que ce projet trouve écho chez plusieurs intéressé(e)s. », a déclaré le directeur du CRIFA, M. Benoit Rousseau.

Selon le président d’honneur de l’événement et président du Syndicat de la relève agricole de l’Estrie, M. Benoit Simard : « Le concept des Rendez-vous de la relève en agriculture apparaît comme une occasion privilégiée de rencontrer des productrices et des producteurs pour partager leur expérience et démontrer aux élèves qu’il est possible de concrétiser son projet en agriculture. C’est aussi est un excellent complément à une formation en agriculture. » (Pour en savoir plus sur la Fédération de la relève agricole du Québec)

Les collaborateurs

Cet événement régional reçoit l’appui de plusieurs collaborateurs. Parmi eux, les bailleurs de fonds majeurs:

Pour leur contribution à la journée

Pour plus d’informations, consultez le site Internet de l’événement

La Fédération de l’UPA-Estrie célèbre 80 ans de syndicalisme agricole

160 délégués se sont réunis aujourd’hui dans le cadre de l’assemblée générale annuelle de la Fédération de l’UPA-Estrie. Sous le thème « 80 ans toujours de son temps », ces productrices et producteurs nommés délégués dans leurs instances ont débattu de l’amélioration à faire sur les différents programmes d’aide et d’accompagnement et se sont rendus aux urnes afin d’élire un nouveau vice-président.

Des défis majeurs à relever

Le président de la Fédération de l’UPA-Estrie en a profité pour énoncer trois défis majeurs auxquels fait face toute l’industrie agricole pour l’année qui vient:

«1- L’unité chez les producteurs. Il faut éviter de comparer les différentes formes d’agriculturequ’elle soit industrielle, paysanne ou urbaine. Il faut rester uni pour représenter une force. Il faut respecter les choix personnels de chacun et travailler ensemble.2- La concertation avec les acteurs de la filière agroalimentaire pour que chaque maillon de la chaîne soit rentable.

3- La sensibilisation des consommateurs face à l’achat local. Acheter local, c’est appuyer l’économie et la vitalité des régions, et c’est très bénéfique pour l’environnement. De plus, le consommateur y gagne en goût et en fraîcheur.

J’espère (aussi) que la politique agroalimentaire à venir sera déterminante pour réaliser les 30 objectifs inscrits dans le défi de produire plus, produire meilleur et produire mieux.»

Cette journée mobilisatrice a d’ailleurs été marquée par la présence de Pierre Lemieux, premier vice-président de l’Union, qui a rappelé les trois axes de la vision de l’Union des producteurs agricoles.

« Produire « plus » pour faire face au défi des 9 milliards d’humains sur terre et répondre à la demande croissante en produits alimentaires; produire « meilleur » pour assurer un approvisionnement local de produits agricoles sains et de qualité; et, finalement, produire « mieux » pour protéger nos terres agricoles, prendre soin de notre environnement et assurer une relève dynamique », a déclaré le premier vice-président de l’Union des producteurs agricoles, Pierre Lemieux.

« Afin d’atteindre ces trois objectifs, il faut absolument pallier au problème de liquidités chez nos producteurs. La hausse importante du prix des céréales a entraîné les producteurs de viande dans une situation financière difficile. Des pressions auprès du MAPAQ et de La Financière agricole du Québec ont permis de devancer certains paiements, surtout en production porcine, mais il n’en reste pas moins que nombreux sont les producteurs qui vivent encore des situations difficiles », a enchaîné François Bourassa, président de la Fédération UPA-Estrie.

Modernisation de l’Union

La structure de l’Union des producteurs agricoles (UPA), dont celle de la Fédération UPA-Estrie est en plein changement. En effet, depuis peu, un remaniement des instances syndicales a été effectué dans lequel la Fédération a arrimé son territoire en partie avec la région administrative de l’Estrie. Cette action sera définitive l’an prochain avec l’adhésion du territoire du Granit. Le rôle de la Fédération de l’UPA Estrie demeurera de coordonner les actions, d’assurer la représentation territoriale et sectorielle de tous les producteurs au sein de l’organisation et d’offrir des services collectifs (groupes affiliés) et individuels (producteurs). Auparavant, la carte régionale de l’Estrie était divisée en 11 syndicats de secteur. Ces mêmes 11 syndicats disparaissent pour en former six nouveaux soit :

  • Le syndicat local de l’UPA du Haut-St-François
  • Le syndicat local de l’UPA de Memphrémagog
  • Le syndicat local de l’UPA de Coaticook
  • Le syndicat local de l’UPA du Val-Saint-François et de Sherbrooke
  • Le syndicat local de l’UPA de Lac-Mégantic
  • Le syndicat local de l’UPA Des Sources

Ces nouveaux secteurs correspondent aux territoires occupés par les MRC. Le plus grand avantage de ce redécoupage est la facilité à prendre des décisions. Un autre changement majeur dans les syndicats de secteur est la dissolution du syndicat des anglophones dont les membres ont été répartis entre les syndicats de secteur.

Carrefour Québec International reçoit 1 233 000$ pour soutenir les stratégies des PME à l’étranger

Drummondville (Québec), le 16 juillet 2012 — Carrefour Québec International (CQI), l’organisme régional de promotions des exportations, s’est vu accorder aujourd’hui une contribution financière non remboursable d’un montant de 1 233 000 $ de Développement économique Canada. Cette contribution permettra à l’organisme de continuer son travail auprès des PME des régions du Centre-du-Québec, de l’Estrie et de la Mauricie, qui cherchent à diversifier leurs marchés à l’étranger en se dotant d’une stratégie de commercialisation.

Durant l’année financière 2011-2012, l’équipe de CQI a réalisé 805 interventions auprès de 215 entreprises des trois régions. 369 personnes, provenant de 222 entreprises différentes, ont participé au moins à une des 29 activités et formations organisées par l’organisme. Ces résultats dépassent les objectifs fixés par CQI et ses partenaires. D’ailleurs, d’après un sondage mené par CQI, les entreprises qui ont reçu l’accompagnement service-conseil de CQI ont réalisé, durant cette période, de ventes de plus de 51 M$ sur des marchés extérieurs, et projettent d’en faire pour près de 69 M$ dans un futur rapproché. C’est ainsi que CQI contribue à créer de la richesse dans notre milieu.

 « CQI a la chance de pouvoir compter sur une équipe dynamique et professionnelle qui a à cœur la réussite des entreprises de nos régions desservies. Nous sommes fiers de pouvoir continuer à travailler avec nos entreprises et de pouvoir compter sur un partenaire de choix tel que Développement économique Canada », a souligné Catherine Gervais, directrice générale de Carrefour Québec International.

Une deuxième contribution non remboursable de 144 985 $ lui a été accordée dans le but de réaliser un projet pilote visant offrir aux PME du Centre-du-Québec des services spécialisés en matière d’innovation.

« Les contributions que nous recevons du gouvernement du Canada nous permettront de bonifier notre offre de services pour répondre aux besoins des PME exportatrices des trois régions. Et, en ce qui concerne le volet innovation au Centre-du-Québec, offrir des services spécialisés sur trois grands axes soit : la culture de l’innovation, la gestion de l’innovation et la capacité de l’innovation par le biais des services-conseils; l’accompagnement; le référencement auprès de spécialistes partenaires, et la réalisation d’activités visant à promouvoir l’innovation », a expliqué Fabrice Canin, administrateur au sein du Conseil d’administration de Carrefour Québec International et membre du Comité en innovation au Centre-du-Québec.

« Je suis très heureux d’appuyer les entreprises dans leurs projets d’innovation. J’ai déjà rencontré plusieurs d’entre elles et les questions sont nombreuses. Ça me fait plaisir de les outiller afin qu’elles réussissent les projets qu’elles entreprennent », a exprimé Luc Constant, coordonnateur à l’innovation chez Carrefour Québec International.

L’annonce a eu lieu dans les locaux de Derco Horticulture inc., une entreprise située à Saint-Germain-de-Grantham, qui d’ailleurs est accompagnée par CQI depuis quelques mois dans ses démarches à l’international et dans le cadre du service régional en innovation.

Carrefour Québec International et Derco Horticulture

Monsieur Fabrice Canin, administrateur de Carrefour Québec International; Monsieur Jacques Gourde, député de Lotbinière-Chutes-de-la-Chaudière et représentant de l’honorable Denis Lebel, et Monsieur Yvon Ferland, président de Derco Horticulture inc.

 

Les Producteurs laitiers du Canada remettent les Prix de développement durable. Ferme M. Grenier et fils parmi les 4 finalistes.

OTTAWA, le 28 juin 2012 /CNW/ – Les Producteurs laitiers du Canada (PLC) sont fiers d’annoncer les finalistes pour le nouveau Prix de développement durable en production laitière, commandité par Lely Canada.

« Ce prix récompense des pratiques novatrices qui vont au-delà des normes de l’industrie et des pratiques généralement recommandées pour réduire l’empreinte environnementale sur les fermes », a déclaré M. Wally Smith, président des PLC. « Bien que les PLC remettront ce prix pour la première fois cette année, les pratiques durables en production laitière ne datent pas d’hier. Elles ont été transmises de génération en génération par les producteurs, qui ne cessent d’apprendre pour les améliorer de façon continue. »

Les quatre finalistes choisis pour l’engagement et l’innovation dont ils font preuve sont les suivants :

  • Charles Hill and Son Ltd. (Nouvelle- Écosse);
  • Ferme M. Grenier et fils ltd. (Québec);
  • Lakeside Dairy (Alberta);
  • Sunholm Farms (Ontario).

Le gagnant sera annoncé le 18 juillet 2012, à l’assemblée générale annuelle des PLC, à Saint-Jean (Terre-Neuve et-Labrador), où il recevra un trophée et un prix de 2 000 $. Les trois autres finalistes recevront un prix de 1 000 $. Pour plus de renseignements sur chaque finaliste, visitez producteurslaitiers.ca.

Les PLC ont reçu 14 candidatures, qu’un comité de sélection a évaluées en fonction de critères basés sur les pratiques environnementales durables, financièrement viables, qui comportent des avantages sociaux et que d’autres fermes peuvent adopter. Ces finalistes gèrent des entreprises familiales fortes, se préoccupent de la santé de leur terre et contribuent à leur communauté locale. Ils sont un modèle pour les producteurs qui souhaitent continuer d’améliorer leurs pratiques à la ferme.

Environnement Canada rapporte que les émissions de gaz à effet de serre provenant de la gestion du fumier et des vaches (qui sont des ruminants) ont baissé de 21 % entre 1990 et 2009. En 50 ans, le nombre de vaches laitières au Canada a diminué de 50 %, alors que nous produisons plus de lait à l’aide de moins de ressources (rendement plus élevé des cultures et moins d’intrants ont aussi contribué à la réduction des émissions des fermes).

Les PLC remercient leur comité de sélection, formé d’experts des secteurs universitaire, agricole et du gouvernement. Ces gens ont jugé les candidatures selon leurs diverses perspectives, et discuté des mérites des producteurs en ce qui a trait au développement durable, au respect de la terre et des pratiques innovatrices.

  • Karen Beauchemin, Ph. D., chercheuse (nutrition des ruminants), Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Shabtai Bittman, Ph. D., chercheur (sols, fourrages et grandes cultures), Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Chantal Foulds, agronome et directrice, Coordination services-conseils (CSC)
  • Ralph Martin, Ph. D., Professeur et titulaire de la Chaire de recherche sur la production alimentaire durable de Les Compagnies Loblaw limitée, Université de Guelph
  • Greg Northey, Directeur des politiques environnementales, Fédération canadienne de l’agriculture
  • Dennis O’Grady, Directeur général, Conservation de la Nation Sud
  • Jean-Pierre Revéret, Ph. D., vice-président, groupe AGÉCO, professeur et co-titulaire de la Chaire internationale sur le cycle de vie, Université du Québec à Montréal
  • Ron Versteeg, Producteur laitier et membre du Conseil d’administration des Producteurs laitiers du Canada
  • Marina von Keyserlingk, Ph. D., Professeure associée et titulaire d’une chaire de recherche industrielle du CRSNG, Université de Colombie-Britannique

Lauréat au Québec: Ferme M. Grenier et fils Inc.

Ferme M. Grenier et fils Inc.

« Chaque fois que nous avons un projet, nous regardons comment nous pouvons améliorer ce que nous avons déjà sur la ferme, soit en l’utilisant mieux ou différemment, ou en le modifiant. Nous faisons beaucoup d’essais. »

À la ferme M. Grenier et fils Inc., on se soucie tous les jours de l’environnement et on voit le développement durable comme un investissement dans l’avenir. Anita Grenier et Rock Simard sont secondés par leur deux fils Benoit et Alain. Située dans la région de l’Estrie, cette ferme de 150 hectares compte un cheptel de 150 vaches Holstein, dont environ 90 en lactation.

Anita et Rock sont innovateurs et n’hésitent pas à essayer de nouvelles pratiques et à en documenter l’utilité. Ils travaillent en partenariat avec le club agroenvironnemental de l’Estrie depuis 12 ans. Ils collaborent aussi à des essais avec le MAPAQ et l’IRDA. L’an dernier, Anita a prononcé une conférence sur les pratiques d’agriculture durable, en plus d’accueillir des producteurs à l’occasion de journées champ.

Lire l’article complet ici

 

 

Lauréat Canada Atlantique: Ferme Charles Hill et fils

Ferme Charles Hill et fils

« L’amélioration de la productivité des employés et des vaches, de meilleures conditions de travail, la mise à niveau du système électrique qui permet de réduire les coûts, des technologies plus nouvelles et du matériel plus efficace ont amélioré notre bilan financier. Chacun y gagne, même l’environnement! »

Allan Macmillan et Tara Hill‑Macmillan sont la 5e génération à travailler cette ferme où ils traient 150 vaches laitières et produisent des cultures sur 264 hectares de riche sol littoral et marécageux près de Truro, en Nouvelle-Écosse. Allan et Tara sont fermement convaincus qu’il est avantageux d’ouvrir leurs portes et de montrer au public de quoi retourne la production laitière.

Chaque année, la ferme, qui est proche de la ville, des grandes routes et voies d’eau, ouvre ses portes aux écoles maternelles locales, aux écoles primaires et à diverses classes du Collège agricole de la Nouvelle-Écosse. Allan et Tara ont également participé au plus récent programme provincial Journée agricole portes ouvertes et au Dairy Focus Tour. Ils accueillent plusieurs centaines de personnes à leur ferme.

Lire l’article complet ici

 

Lauréat Alberta: Ferme Lakeside

Ferme Lakeside

« La durabilité et la rentabilité vont de paire à la ferme Lakeside. Les pratiques qui ont les effets les plus profonds n’ont pas besoin d’importants investissements en capital et engendrent des économies d’argent et de main-d’œuvre qui sont immédiates et qui procurent des occasions à l’avenir ».

Jeff Nonay est un partenaire d’une ferme diversifiée avec 5 autres membres de sa famille. Ils traient de 170 à 180 vaches Holstein au moyen d’un système de traite volontaire dans la ville de Legal, en Alberta. Ils produisent des cultures pour nourrir le troupeau et utilisent également leurs 1 000 hectares de terrain pour cultiver du canola, des pommes de terre de semence et des grandes cultures. La ferme emploie 4 personnes de plus à temps plein.

Lakeside est de plus en plus reconnue parce qu’elle utilise le gypse comme litière et pour améliorer le sol. La ferme a fait l’objet de plusieurs articles et a pu démontré les avantages de mélanger des feuilles de gypse non utilisées et moulues à des copeaux de bois pour la litière des vaches. La litière est compostée avec du fumier et de la litière de poulet d’une ferme voisine, du gypse supplémentaire, puis elle est utilisée comme engrais pour les champs.

Lire l’article complet ici

Lauréat Ontario: Les fermes Sunholm

Les fermes Sunholm

« De plus en plus de consommateurs votent avec leur portefeuille et la demande pour des produits provenant de fermes respectueuses de l’environnement augmente. De nombreuses fermes font des choses semblables à celles que nous faisons, et de nombreuses autres en font plus. Nous croyons que chacun peut faire un meilleur travail ».

La ferme

Grant et Pamela Martin sont propriétaires d’une ferme laitière qui compte 80 vaches, 275 hectares de terrain et une entreprise de vente directe aux consommateurs de viande d’animaux élevés au pâturage, d’œufs et de produits laitiers biologiques dans le comté Huron, en Ontario. Ils ont 4 jeunes garçons.

Grant et Pamela sont tous deux titulaires d’un baccalauréat ès science en agriculture et ils ont une passion pour l’éducation permanente. Ils participent à de nombreuses visites guidées de fermes et ont accumulé une vaste bibliothèque sur l’agriculture écologique. Ils participent activement au comité West Planning pour les Ecological Farmers of Ontario (EFO).

Lire l’article complet ici

%d blogueueurs aiment cette page :