Archives de mots-clés | fromage

Les lauréats du concours Prix innovation en alimentation 2017 dévoilés !


Le dévoilement des lauréats du concours Prix innovation en alimentation 2017 s’est déroulé le 22 novembre dernier lors du diner gala de L’Événement Marketing organisé par le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ).

Le concours Prix innovation en alimentation reconnaît les efforts d’entreprises qui ont su, au cours de la dernière année, développer et/ou lancer un projet innovant répondant à différents critères. Le concours est présenté en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), la Banque Nationale du CanadaMouvement Desjardins, BDO et TransformAction.

Les lauréats des Prix innovation alimentation 2017 :

Catégorie Produits nouveaux ou améliorés

Catégorie Technologie et Productivité

  • FUMOIR GRIZZLY pour son projet QUALITÉ ET SÉCURITÉ DU SAUMON FUMÉ PAR L’UTILISATION DE BACTÉRIOCINES LACTIQUES.

Catégorie Emballage

À l’occasion de ce concours, le Prix Entreprise Innovante Desjardins a été remis à une entreprise qui s’est particulièrement démarquée par l’ouverture qu’elle a su démontrée ainsi que sa capacité à innover en partenariat avec divers centres de recherches externes. Le lauréat est FUMOIR GRIZZLY.

Finalement, la Banque Nationale a remis le Prix Entrepreneuriat Banque Nationale à une entreprise qui a vécu une belle réussite professionnelle. Le lauréat est Laiterie Chalifoux.

 

 

SOURCE CTAQ (Conseil de la transformation alimentaire du Québec)  www.conseiltaq.com 

Plus de 400 partenaires de l’agriculture, des affaires et de la société civile se réunissent pour appuyer la gestion de l’offre

Le Canotier de l'Isle

Le Canotier de l’Isle est un des fromage artisan fabriqué au Québec.

C’est à l’invitation conjointe de l’Union des producteurs agricoles (UPA), de La Coop fédérée et de la Coalition GO5 que 400 producteurs, transformateurs, représentants du milieu financier, partenaires d’affaires et sociaux se sont réunis au Centre Mont-Royal à Montréal, pour demander au gouvernement du Canada de maintenir une position très ferme dans la négociation finale de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne, comme dans la négociation du Partenariat transpacifique (PTP).

Ils demandent aussi au gouvernement de respecter la motion unanime de la Chambre des communes adoptée le 22 novembre 2005, tel qu’il s’y est engagé. Cette motion mandate le gouvernement canadien pour « que le Canada obtienne des résultats faisant en sorte que les secteurs sous gestion de l’offre ne soient soumis à aucune réduction des tarifs hors contingent, ni à aucune augmentation des contingents tarifaires ». Cet engagement a été réitéré à de multiples reprises au cours des dernières années par les ministres responsables et par le premier ministre, et ce, toutes les fois où le Canada amorçait un nouveau cycle de négociations.

Le fromage au coeur des discussions

Les négociations entre le Canada et l’Europe entrent dans leur dernière phase et il appartiendra bientôt aux ministres de les conclure en abordant les questions les plus difficiles. L’Europe réclame notamment plus d’accès au marché canadien des fromages. Le Canada en offre déjà plus de 6 % de son marché intérieur aux importations. L’Europe en accapare à elle seule plus des deux tiers pour une valeur de 156 M$ en 2011, mais laisse moins de 2 % de son marché intérieur aux fromages étrangers, et ses importations de viandes rouges comblent à peine 0,5 % de ses besoins.

« La négociation de l’AECG est globale et multisectorielle. On ne négocie pas en silo, par secteur. Le Canada n’a pas à faire de concessions agricoles pour obtenir plus d’accès au marché agricole européen, il concède déjà assez par ailleurs. Surtout si l’on considère l’importance des indications géographiques et des règles d’origine pour des pays comme la France, l’Italie et la Grèce. Les offres du Canada, à cet égard, s’avèrent d’une valeur inestimable pour l’Europe. Il serait donc totalement injustifié que le Canada augmente les contingents d’importation de fromage et offre un accès garanti à l’Europe. Le gouvernement s’est engagé à défendre la gestion de l’offre. Nous lui demandons de maintenir fermement cet engagement et de ne pas céder aux demandes de l’Union européenne », a déclaré M. Marcel Groleau, président général de l’UPA et porte-parole de la Coalition GO5. Il ajoute que les Américains n’auraient à augmenter que de quelques points de pourcentage leurs productions laitière et avicole pour inonder tout le marché canadien.

Des dizaines de milliers d’emplois en jeu

Ce rassemblement constituait l’occasion pour la Coalition GO5 et ses partenaires de manifester publiquement leur soutien à la gestion de l’offre et d’en faire valoir les bénéfices pour l’ensemble des acteurs, y compris les consommateurs. Le président de La Coop fédérée, M. Denis Richard, affirme pour sa part que le Canada ne doit céder aucun accès supplémentaire aux marchés canadiens sous gestion de l’offre à l’Union européenne.

« Ce qui est en jeu, ce sont des dizaines de milliers d’emplois, des milliards de dollars d’activité économique, un des rares secteurs agricoles à permettre aux agriculteurs et à leurs partenaires d’affaires de bénéficier d’une rentabilité constante et d’un approvisionnement de grande qualité, en produits laitiers et avicoles de chez nous! », a-t-il déclaré.

« Nous comprenons l’importance des accords commerciaux pour notre économie. Le Canada en a signé une dizaine depuis les années 1980, mais toujours en préservant la gestion de l’offre. Tous les pays ont d’ailleurs des secteurs stratégiques à préserver. Le Canada ne fait pas exception. Cette position est justifiée et ne nous empêche aucunement de conclure un accord globalement avantageux avec l’Europe », a ajouté M. Richard.

Une concurrence déloyale

Par ailleurs, les producteurs sous gestion de l’offre au Canada ne reçoivent aucune subvention de l’État pour soutenir leur revenu et ne peuvent concurrencer le trésor européen. Les subventions représentaient 40 % du revenu brut moyen des producteurs laitiers européens en 2007, selon la Cour européenne des comptes. Ces subventions ne font pas partie de la négociation Canada-Europe.

« Le contrôle des importations s’avère essentiel au fonctionnement de la gestion de l’offre. Si le Canada cède aux demandes de l’Union européenne sur le fromage, il faut craindre pour la suite des choses, car le Canada s’engage dans des négociations d’ententes commerciales bilatérales et plurilatérales. La Nouvelle-Zélande et les États-Unis, notamment, n’attendent que cela pour réclamer à leur tour l’ouverture de nos marchés », a conclu M. Groleau.

Les secteurs sous gestion de l’offre sont parmi les rares de l’agroalimentaire à offrir une rentabilité constante, sans subventions de l’État. Ils génèrent, au Québec seulement, plus de 40 % des recettes agricoles, 80 000 emplois et 7,2 G$ de PIB. Grâce à la gestion de l’offre, année après année, les producteurs de lait, d’œufs et de volailles tirent un juste revenu du marché, sans subventions. Leurs partenaires d’affaires en recueillent des bénéfices et les citoyens jouissent d’un approvisionnement d’ici en produits laitiers et avicoles de grande qualité.

À propos de l’UPA

L’UPA est une organisation syndicale professionnelle qui a pignon sur rue dans chaque région du Québec. Sa mission principale vise à promouvoir, défendre et développer les intérêts professionnels, économiques, sociaux et moraux des 42 000 producteurs et

productrices agricoles, ainsi que des 129 000 propriétaires de forêt privée, par son lien d’affiliation avec la Fédération des producteurs forestiers du Québec.

À propos de La Coop fédérée

La Coop fédérée représente 90 000 membres regroupés dans 103 coopératives dont les installations sont réparties au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Ontario, en Alberta, au Manitoba et en Saskatchewan. Elle emploie plus de 10 000 personnes et cumule un chiffre d’affaires de 4,6G$. La Coop fédérée est présente dans l’ensemble de la chaîne agroalimentaire et, en tant que grossiste, fournit aux producteurs agricoles des biens et des services nécessaires à l’exploitation de leur entreprise, y compris des produits pétroliers, de la quincaillerie et des machines agricoles. La Coop fédérée aura 90 ans d’existence en 2012, période qui vient d’être désignée comme « Année internationale des coopératives » par le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

À propos de GO5

Depuis sa création en 2003, GO5 Coalition pour un modèle agricole équitable, la gestion de l’offre a su rallier 30 000 personnes et organisations qui croient en une agriculture forte et prospère au Québec. Elle vise le maintien de la gestion de l’offre au terme du cycle actuel de négociations à l’OMC. Il est possible d’obtenir plus d’informations sur le site Internet de la Coalition GO5.

35 ans, ça se fête : la Fromagerie Île-aux-Grues lance un nouveau fromage artisanal : Le Canotier de l’Isle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

ISLE-AUX-GRUES, QC, le 12 sept. 2012 /CNW Telbec/ – Pour souligner en grand ses 35 ans et rendre hommage aux fondateurs, la Fromagerie Île-aux-Grues lance un nouveau fromage artisanal nommé Le Canotier de l’Isle, un fromage à pâte ferme affiné en surface, avec une croûte fine aux teintes ocre. La pâte ivoire, fondante en bouche, révèle des goûts très typés de noisette, avec de belles notes fruitées et de crème. La fabrication artisanale du Canotier de l’Isle s’inspire d’une recette ancestrale mise au point par les premiers fromagers de l’île, dans les années 1900.

« Nous cherchions à valoriser notre tradition fromagère de cheddar et notre expertise dans la fabrication de fromages fins », a déclaré monsieur Christian Vinet, directeur général de la Fromagerie Île-aux-Grues. Outre le défi de reproduire un fromage au goût d’antan, l’affinage nécessite de 9 à 12 mois pour assurer le développement de saveurs subtiles, caractérisées par le terroir d’exception de l’île et l’air salin. « C’est un fromage unique au Québec, un fromage traditionnel comme on le retrouvait à l’époque : artisanal, avec une croûte, fait de lait thermisé de vache provenant de l’île. »

UN NOM UNIQUE : LE CANOTIER DE L’ISLE

Cette meule de fromage haut de gamme de 10 kg arbore sur son étiquette une toile du peintre Robert Gagné de l’Isle-aux-Grues. Elle représente le transport du matériel et du courrier dans un canot à glace, seul moyen de traverser le fleuve durant l’hiver à l’époque de la première fromagerie. En période hivernale, le canot à glace prenait la relève des goélettes de bois, plus maniable à travers les glaces en mouvement continu.

Entouré d’eau, n’ayant aucun lien routier, Le Canotier de l’Isle est un clin d’œil au riche patrimoine maritime de l’île. Aujourd’hui, l’avion et le service de traversier permettent le transport des fromages hors de l’île.

UN FORT RÉSEAU DE DISTRIBUTION : DE GRANDES PERSPECTIVES

Grâce aux investissements importants réalisés pour moderniser les installations, entre 1999 et 2007, la fromagerie a mis au point une gamme complète de fromages fins. Le réseau de distribution s’est agrandi et les fromages sont maintenant vendus à la grandeur du Québec, ainsi qu’à Toronto, Calgary et Vancouver. Ils sont distribués principalement dans les fromageries et boutiques spécialisées.

En plus du Canotier de l’Isle, fabriqué en quantité limitée, la Fromagerie Île-aux-Grues fabrique une gamme de fromages fins aux saveurs uniques et authentiques : Le Riopelle de l’Isle, Le Mi-Carême, Le Tomme de Grosse-Île, ainsi que Le Cheddar vieilli Île-aux-Grues.

FROMAGERIE ÎLE-AUX-GRUES

En affaires depuis 35 ans, soit depuis 1977, la Fromagerie Île-aux-Grues, le cœur économique de l’île,  compte aujourd’hui cinq producteurs laitiers, tous sociétaires. Elle a pour mission de transformer l’ensemble du lait produit sur l’île contribuant ainsi à conserver le patrimoine agricole, en plus de favoriser le développement durable du milieu. En se limitant au volume de lait produit sur l’île, la fromagerie s’assure d’offrir des fromages de qualité fabriqués à partir de lait frais et ayant des saveurs uniques à son terroir.

Au cours des dernières années, l’entreprise a fait un travail considérable pour mettre en marché des fromages de qualité supérieure auprès des consommateurs. En gage de qualité de production, la coopérative est reconnue HACCP (Hazard Analysis Critical Control Points) par l’Agence canadienne d’inspection des aliments depuis juillet 2009.

Pour plus d’information :  http://www.fromagesileauxgrues.com/.

%d blogueueurs aiment cette page :